Le fabuleux destin de Cocotin

Publié le par LAFONT

Cocotin est né un soir d'automne, un peu avant que les poules ne s'endorment. Son petit corps arrondi a glissé avec volupté dans la paille fraîche. Sa génitrice a gloussé de satisfaction et a réchauffé son rejeton avec attention. Sous les effets conjugués de la chaleur animale et du contact avec le Monde, l'intérieur de Cocotin a subi de longues et étranges mutations destinées à faire éclore Poussinet. Hélas, le Dieu suprême qui contrôle la destinée des gallinacées a décidé d'arrêter là le développement de Cocotin, afin de satisfaire la gourmandise des Maîtres Humains, dont il reste un fidèle et dévoué vassal.
Une main géante a extrait délicatement Cocotin de son berceau originel, et l'a déposé dans un lit multiple où à sa grande stupéfaction il a fait la connaissance de centaines d'autres Cocotins !
La nuit est tombée comme un couvercle hérmétique, Cocotin et ses semblables se sont assoupis dans un long silence. Le petit monde des Cocotins est passé de Main Humaine en Main Humaine, et a terminé son voyage dans un monde glacial.
Bien protégés dans leur enveloppe rigide, les Cocotins ont commencé leur hibernation dans une torpeur léthargique, et ont perdu toute référence spatio-temporelle...

Je n'ai pas fait de photos de cette première étape, vous êtes tous allé au marché ou à la crémerie du quartier, donc vous savez ce qu'il en est.
Par contre, ce qui s'est passé ensuite pour le héros Cocotin, choisi parmi tous les autres Cocotins, a retenu toute mon attention. Cocotin lui-même va vous raconter ce qui lui est arrivé, et en simple observateur, je vais illustrer son histoire avec ces quelques photos...

C'est à toi, Cocotin :

".....................................................................

J'ai si froid ... Impossible de me réchauffer pour bénéficier de la chaleur cocotière dispensée par mes proches voisins. Bah, de toute façon, ma forme ovoïde ne s'y prête pas vraiment. Ce berceau n'est guère confortable ... Soudain, je me sens hissé par une force inconnue, je lévite, je vole, quelle chance ! Le problème est que je ne suis pas maître de mes déplacements. Mes sensations très limitées aiguillonnent mon imagination, je vais essayer de vous dire précisément ce que je ressens..."

".....................................................................

 

Une éternité plus tard, je sens un air tiède me caresser le corps. Des idées folles me traversent l'esprit, j'essaie tant bien que mal de m'expliquer ce qui m'arrive. Les bribes déchirées d'une mémoire collective qui remonte à des temps très anciens illuminent mes pensées.
Je suis en train de traverser le Grand Tout, qui recouvre et englobe toute chose en ce monde. Il m'emporte sur des vagues d'énergie dont la chaleur me rapelle ma naissance, et que je sens bouillonner et frémir sur mon passage."

 


"Je sens la présence toute proche d'un être indicible qui me tend des bras écumants et tortueux. Ses doigts avides me caressent et s'entortillent sur ma peau dure.
Je m'abandonne et me laisse entraîner dans l'Océan sans fond qui l'héberge."

 


"Une chaleur apaisante m'envahit peu à peu, je me sens flotter entre deux eaux. La créature informe qui m'a entraîné en ces lieux se transforme sans cesse, se divise dans d'impossibles mitoses.
Son omniprésence me trouble, des larmes d'émotion perlent et remontent vers la lointaine surface de cette mer étrange."

 


"L'Etre entre en fusion avec moi, par tous les pores de mon corps, il s'insinue, molécule par molécule. J'ai le sentiment d'avoir rencontré ici mon Autre, celui/celle qui va compléter ma destinée, me faire aboutir, donner enfin un sens à mon existence."

 


"Tout près de moi, l'Etre multiplie ses contorsions amoureuses. Il/elle concentre toutes ses extensions, se recompose au sein d'une entité unique, vive et fluide comme du mercure."

 


"De multiples transformations s'opèrent, imperceptibles mais inéluctables. Nos entités ne forment bientôt plus qu'une, nous fusionnons enfin dans un geyser d'énergie pure.
C'est une sensation inédite et puissante, je me sens transcendé, je sais que j'ai désormais atteint le stade ultime de mon existence. Mes attentes sont enfin comblées, mon destin s'est accompli dans une explosion de plaisir et de chaleur.
Je me sens à nouveau soulevé dans les airs, je vais rejoindre le Grand Tout, dans ce nouvel état qui me rend méritant et digne de l'attention que me porte la Main Humaine."


"Alors que je m'abandonne sans regret dans la quiétude que m'a procuré cette transformation, j'entends une voix puissante prononcer ces mots dont le sens m'échappe encore :

- Tu viens manger ton oeuf à la coque ?

...
Crrrrraccccc
..............................................................."

Ici s'achève la transcription du récit de Cocotin. Il me pose la question de la relativité des évènements. Ce qui paraît banal d'un point de vue, peut être extraordinaire d'un autre point de vue. Même si nous partageons en tant qu'humains un grand nombre de points communs, soyons conscients et tolérants vis à vis de nos différences de perception et d'intérprétation.

Pour les photographes, tout sujet, même le plus anodin en apparence est susceptible de renfermer des petites merveilles, il est indispensable de pousser notre curiosité et nos expériences au maximum de nos possibilités, il en ressortira toujours quelque chose d'intéressant, ne serait-ce que la démarche en elle-même !
Chaque vision distincte que nous avons d'une chose contribue à notre ouverture d'esprit. La réalité elle-même semble être fractale. Elle peut être appréhendée comme un TOUT, mais également se subdiviser à l'infini en d'autres réalités.
C'est ainsi que chaque instant de notre vie a toujours une infinité du futurs devant lui.
...
"- Non, pas de beurre sur les mouillettes ! "

Bon, me revoilà confronté à une réalité moins métaphysique, il est temps de faire éclore cet article !

J'espère que cette petite histoire vous aura plu, certaines de ces photos se ressemblent un peu, mais la série tente de respecter la chronologie des énènements survenus à Cocotin.

Je vous souhaite une bonne fin de semaine et un bon week-end.

Amitiés à toutes mes visiteuses et à tous mes visiteurs.

Je vous remercie pour votre fidélité et pour la gentillesse, la pertinence, l'humour, l'originalité et la sincérité de vos commentaires !

A bientôt

YVES

Publié dans Mes photos macro

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

missmio 02/11/2006 21:04

J'adore !!! C'est trop beau !! Je m'inscris à ta newsletter !!!

xav 14/10/2006 14:24

Bonjour,
Félicitations pour votre site qui est vraiment bien conçu! J'ai créé un annuaire de blogs et si vous souhaitez vous y inscrire voici l'adresse: http://netblog.site.cx  !
Bonne continuation

christel 14/10/2006 08:03

Pour le week-end , barruec' vous a mis en ligne la chanson "sourire" dont vous avez aimé les paroles... pour ma part je vous fais des bisous , et vous dis à lundi ! christel

Audrey-Laure 13/10/2006 23:52

Gnark gnark gnark...    ;)

colette 13/10/2006 19:53

Bonjour Yves
Je suis revenue regarder ton article et tes macros tellement cela est beau, mais ce mot est très faible, je trouve que c'est une idée que toi seul pouvais avoir, en bref, c'est G E N I A L !
Bisous
Colette